11 avril 2013

La résistance et sa lumière.

(...) Emaz de dire et tomber dessus sur le fil du rasoir :   « la note dit un refus, ou une impuissance, ou une impossibilité, d’un récit quelconque »   la note comme discontinuité assumée.   Ils étaient doux et tous mourraient dans la détresse. -        Notes et fragments      –   J'ai si peu de temps pour écrire, si peu...si peu pour prendre le temps de penser la chose... à bras le corps, il faudrait pouvoir saisir le tout de cette... [Lire la suite]
Posté par Immemory à 05:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 avril 2013

         
Posté par Immemory à 22:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 avril 2013

"Je suis pas funambule Je  brave pas la mort Je souffle dans les bulles Et je crie quand ça mort Je peux pas faire vainqueur Jamais c'est moi la flamme Je drague le bonheur Je dis bonjour madame... (...) Je tire pas le premier Je promet rien, promis Je compte pas les billets J'ai jamais rien fini Je suis pas sur la photo Moi je sais pas danser (...) je rentre pas dedans parce que tout m'impressionne moi, j'ai pas trente deux dents moi, j'aime ce qu'on me donne. (...) j'ai le mot juste... aprés Je vis de mes... [Lire la suite]
Posté par Immemory à 18:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 avril 2013

C'est quoi l'amour ?

(...) Mon travail à mediaclap. aprés souffrance : Seul à souffrir ? l'obéissance : Obligé d'obéir ? le bonheur : Où trouver le bonheur ? la mort : comment vivre le deuil ? internet : Internet, un monde plus proche ? ...voilà le thème de l'Amour. L'ouvrage et les films (80 au final) sortiront dans leur version définitive en Septembre. ...la page (rapide) de présentation : http://parlons-en-college.fr/ ...mais... Oui, c'est vrai, c'est quoi l'amour ?   http://vimeo.com/43148459     "Il y a seulement... [Lire la suite]
Posté par Immemory à 05:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 avril 2013

(...) « Le bonheur est fragile. Tu n'es pas funambule et tu avances pas à pas. Tu ne sais rien des jours, tu glisses sur un fil, au loin tu ne vois pas. Si tu regardes en bas c'est le vertige, ne regarde pas. En bas tous les oiseaux se glacent et tous les hommes se protègent. Tu marches un peu plus haut, mais le bonheur est difficile. Tu risques à chaque pas, tu avances docile. A chaque risque le bonheur est là. Tu avances vers toi; le bout du fil n'existe pas." « Tous ces petits bonheurs si simplement gagnés parce que le temps... [Lire la suite]
Posté par Immemory à 21:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 avril 2013

  "(...) La vie et la mort, la souffrance et la joie, les ampoules des pieds meurtris, le jasmin derrière la maison, les persécutions, les atrocités sans nombre, tout, tout est en moi et forme un ensemble puissant ; je l’accepte comme un totalité indivisible et je commence à comprendre de mieux en mieux pour mon propre usage, sans pouvoir encore l’expliquer à d’autres, la logique de cette totalité (...) la vie est belle et pleine de sens dans son absurdité, pour peu que l'on sache y ménager une place pour tout et la... [Lire la suite]
Posté par Immemory à 06:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 avril 2013

  (...) C'était en septembre dernier. Une captation musicale et visuelle. Le plaisir de saisir en photographie cet instant...et de découvrir aujourd'hui les premières maquettes... Merci à toi, Amélie.   http://immemory.canalblog.com/archives/2012/09/04/25035472.html http://immemory.canalblog.com/archives/2012/09/02/25018187.html  
Posté par Immemory à 18:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 avril 2013

Nous nous réveillons dans le noir. Et ça ne change rien.  Il entra et alluma la lumière : tout était là. J’ai trop d'histoires dans la tête, moi aussi. Je voudrais quand mêmequ'elles cessent de me réveiller la nuit.    
Posté par Immemory à 06:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 avril 2013

  "Nous N’avons Fait Que Fuir Nous n’avons fait que fuir, nous cogner dans les angles, Nous n’avons fait que fuir, Et sur la longue route, Des chiens resplendissants deviennent nos alliés, J’ai connu des rideaux de pluie draper des cités souveraines et ultimes, Des cerceaux déchirés couronnant les chapelles de la désespérance, Et tourne l’onde, Et tourne l’onde, Et tourne l’onde, Et tourne, et reviens-moi au centuple, Reste, Accroche, Rêche, Me caresse, Me saoule, Et me... [Lire la suite]
Posté par Immemory à 05:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 avril 2013

    (...) "Fragment d'une lettre envoyée : Tu es celle par qui me vient le goût profond de vivre. Il ne faut pas craindre une telle phrase. Elle ne t'engage en rien. Le don que tu me fais est un vrai don - impossible à reprendre. Le bonheur, c'est de te savoir en vie. Au début j'ai cru que tu étais le monde entier. Je l'ai cru d'une croyance enfantine et sans doute nécessaire. En t'éloignant tu m'as appris que tu n'en étais que le seuil et que les chemins, loin de mener à toi, ne font qu'en partir pour me conduire à... [Lire la suite]
Posté par Immemory à 08:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]