28 février 2013

' « Si tu savais mon cœur : rien/ si tu savais mes yeux : rien/ si tu savais mes mains : rien/ si tu savais mes jours : rien. /

(...) mais si seulement tu savais la taille de mon âme. (...) J'écrivais de lui.../ en décembre 2011.../ et ce jour là, où le lendemain/ je ne sais plus/ des pilules et de l'alcool n'ont pas eu/raison de la vie de mon père / pas cette fois, pas encore/ et lui, Daniel, il y a un an déjà, là/ et aujourd'hui à son tour/quitter ce bas/ monde./J'écrivais de lui/il y a plus d'un an déjà /et cet été sur les quais de La Rochelle/ avec S. entendre sa détresse et/ son corps chancelant/ il y a... [Lire la suite]
Posté par Immemory à 21:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 février 2013

 
Posté par Immemory à 18:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 février 2013

Etre vieux, pour quoi faire

Pas moyen de fermer la porte... Cela  me revient de toutes les façons par la fenêtre... Je pensais en être quitte (ou double) sur le sujet pour le sujet pour mon "employeur" et voilà que cela me revient encore avec la grâce... Alors au final que de la joie... Magistral. (...) Insoumise à nu " Insoumise à nu " Portrait de Therese Clerc. from Elisabeth Schneider on Vimeo.
Posté par Immemory à 17:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 février 2013

(...) LA sortie du prochain livre de Paul Auster (directement autobiographique) m'a valu de retourner à la source, à l'Invention de la solitude et au Livre de la Mémoire. J'ai tout juste 18 ans. Le livre est sorti en France, en 1988. Là, nous sommes en 1991. J'attends au rond point non pas de Solférino mais de Portes des Postes, un peu avant Wazemmes, j'attends et je lis debout ni comprenant presque rien, mais je lis debout, j'attends.  ça parle du père, celui qui fut, n'est plus.ça dit la solitude surement qui succède à... [Lire la suite]
Posté par Immemory à 00:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 février 2013

Chronique d'hiver

« Je ne suis pas un philosophe. Chercher les causes, trouver les raisons, ça ne m’intéresse pas. La seule chose qui m’intéresse vraiment, c’est de répondre à cette seule question: qu’est ce que c’est que vivre. C’est quelque chose de si étrange, si terrifiant, si merveilleux à la fois. C’est la seule chose que je veux montrer.» Paul Auster. Chronique d’hiver
Posté par Immemory à 22:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 février 2013

  http://www.facebook.com/events/478711948847134/  
Posté par Immemory à 21:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 février 2013

"La photographie, c'est un moyen de comprendre"

Je n’ai plus même pitié de moi Et ne puis exprimer mon tourment de silence Tous les mots que j’avais à dire se sont changés en étoiles Un Icare tente de s’élever jusqu’à chacun de mes yeux Et porteur de soleils je brûle au centre de deux nébuleuses Qu’ai-je fait aux bêtes théologales de l’intelligence Jadis les morts sont revenus pour m’adorer Et j’espérais la fin du monde Mais la mienne arrive en sifflant comme un ouragan.    J’ai eu le courage de regarder en... [Lire la suite]
Posté par Immemory à 21:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 février 2013

(...) du soleil, du froid et sur le bord de la route, de la lumière les mots de Paul Auster chez Busnel une cheminée qui réchauffe la maison le temps de dire, d'écrire, d'entendre des mots si beaux, si vrais le reste est tristesse sans intérêt.  
Posté par Immemory à 23:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 février 2013

sculpture : Anne Sophie Gilloen oui, savoir encore davantage ce matin que les blessures peuvent devenir la porte d'un sOleil levant.
Posté par Immemory à 07:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 février 2013

(...) Moi, j'aurai préféré surmonter les choses. Mais de toutes façons, comme tout le monde, je n'avais pas le choix. (...)
Posté par Immemory à 22:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]